La Verticale du Petit Manaïrou
21 avril 2016
cimalp 3d flex en action
Test du t-shirt 3D-Flex PERFECT Trail de Cimalp
23 mai 2016

Trail des balcons d’azur 2016 : sous un orage caniculaire

tba2016_moi

Dimanche 24 avril 2016, je suis sur la ligne de départ prêt à passer une belle journée à courir sur les sentiers. Dix ans plus tôt quasi jour pour jour je m’alignais sur mon tout premier trail : le trail des balcons d’azur. A cette époque la course partait du port de Théoule pour une distance unique de +/-30km et 1200m D+. Aujourd’hui, ce sont cinq courses dont une nocturne et un ultra qui ont lieu au départ du port de Mandelieu la Napoule.

TBA2016 anniversaire

Je me suis inscrit fin janvier sur ce 47km sachant pertinemment que je n’aurais la préparation suffisante pour pouvoir prétendre à un objectif chronométrique. C’était un bon moyen de me mettre directement dans le bain, car avec le trail du Verbier au début du mois de juillet à un moment donné il fallait bien s’y mettre sérieusement. Fin mars j’en finis avec le Paris-Nice challenge, je prends une semaine pour digérer et voilà il me reste pile 4 semaines pour repasser en mode trail (enfin moins une pour faire du jus). Pour l’occasion Fabien un copain blogueur et coach sportif me prépare un programme aux petits oignons (mais je reviendrais sur ce point dans un autre billet, car j’ai beaucoup de choses à dire sur cet aspect de mon entraînement).

depart trail des balcons d'azurtrail des balcon depart 3

Dans le même temps michel avec qui j’ai déjà couru la Vesubie en septembre dernier s’inscrit à la course pour sa première expérience au-delà des 42km. Au départ, nous retrouvons aussi Carole qui à peine récupérée de son Marathon de Paris (en fait, elle super bien récupéré et va nous mettre une caisse de folie)

La course

Nous partons donc en mode très cool presque à la fin du peloton. Sur le moment je regrette un peu ce départ trop soft, car j’ai l’impression que l’on perd beaucoup temps dans les bouchons. Mais aujourd’hui après un rapide coup d’oeil sur le segment Strava des 5 premiers kilomètres, je me rends compte que j’ai fait exactement le même chrono qu’une semaine plus tôt en étant seul. La seule différence ceux sont quelques pulsations en plus à mettre sur le compte des arrêts / démarrages et du stress de la course.

tba depart strava

 

Au bout de 2h nous arrivons au pied de la première « vraie » bosse, celle qui va nous monter au Pic de l’ours. Cette montée n’a rien de compliqué si ce n’est qu’elle est pile entre le « je marche ou je cours » on a la chance de tomber sur une concurrente qui gère cela à la perfection et du coup, on reste dans sa roue jusqu’au sommet.

tba2016 pic de ours

Montée au Pic de l’ours

 

Arrivé en haut j’ai perdu michel, je lève le pied un petit kilomètre pour le laisser recoller. Une fois passé derrière le PIC le ciel c’est dégagé, la vue et de toute beauté le soleil arrive enfin. Sur le moment on prend cela comme quelque de chose de bien car depuis une semaine, c’était de l’orage qui était annoncé.

tba 2016 cote theoule

Vue sur les Iles de Lerins

La boucle se finit par une seconde montée au Col de Notre-dame, je suis vraiment facile dans cette montée, je double une dizaine de concurrents, arrivé en haut j’ai reperdu mon acolyte. Le temps de faire le plein des bidons, il arrive et nous repartons aussi sec. Rapidement michel est à la traine, il me dit d’avancer qu’il va suivre, je ne re-verrais qu’a l’arrivée. Cela ne fait pas 10 minutes que je cours seul  et tombe sur Carole. Moi qui aime bien voir des signes du destins un peu partout sur ce coup-là je suis servi :)  Bref… on passe les Grues ensemble et on file en direction du port de Théoule. Nous faisons le yoyo un moment et puis je la laisse filer le #mdp lui a donné des ailes et je n’arrive pas à accrocher le train. L’orage initialement prévu c’est transformé en grand soleil et j’ai du mal à m’adapté à la chaleur.

DCIM100GOPRO DCIM100GOPRO

Au port de Théoule-sur-mer, je profite du dernier ravitaillement pour me poser 5 minutes, faire le plein et me rafraîchir. Je repars en direction du rocher des Monges, petit à petit je sent que je reprends du poil de la bête. Sur la tonne de ravitaillement j’ai emmené avec moi je n’ai mangé qu’une barre… je tente un coup de poker en avalant un gel, ça pourrait m’aider à bien finir sur la dernière partie de la course #oupas. Assez rapidement le pari s’avère être gagnant.

tba 2016 epoc

Je profite qu’il me reste du jus pour envoyer un peu plus sur la fin du parcours et me faire plaisir, avec en plus la bonne surprise de terminé la course avec vingt minutes d’avance sur mon chrono de 2014.

>> Le site de la course : traildazur.com

>>Le move de la course.

Bilan materiel et logistique

Dans le domaine vestimentaire : j’ai longtemps hésité entre du court ou du long, compressif ou libre. En cette saison ou la météo est parfois incertaine, ce n’est jamais évident de savoir comment s’équiper. Au final, j’ai opté pour t-shirt, petit short Salomon s-lab sens (dont le prix est comment dire… mais bon le confort en vaut la chandelle) et mon fidèle arcteryx incendo

Sur la Suunto ambit3 vertical  j’avais : cardio, chrono, vitesse moyenne et une app maison qui ne m’a servit absolument à rien… comme d’habitude j’ai envie de dire. En revanche le suivi live du profil à était un plus qui m’a bien aidé à gérer mon effort dans les bosses.

logo nutrisens sportAu niveau ravitaillement : Marine la diététicienne de Nutrisens sport m’avait préparé un super plan de bataille. Le service est gratuit il suffit juste de l’appelée (je vous le recommande, car hormis les produits suggérés, elle va vous donner  en plus de très précieux conseil sur l’alimentation en course). Voici un code promo -20% : NSPORT303 si vous voulez tester les produits Nutrisens en plus de l’accompagnement de marine.

Mais je m’y suis prit un peu tard et je n’ai pas eu le temps d’intégrer son plan dans mes habitudes, au final j’ai ajusté au feeling. Je suis parti avec un bidon electrolytes Hydratabs et un autre de Booster Trail, à mi-parcours j’ai rechargé le premier en electrolytes et j’ai switché le second pour du Bio energy dont le conditionnement en sachet est idéal pour les courses longues. J’ai finit la course sur le classique St Yorre + Coca.

mulebar_peanutEn solide j’ai avalé quelques raisin sec sur les tables et une Mulebar Peanut Punch. Pour la petite histoire je n’avais même pas regardé ce qu’il y avait dedans, j’ai été agréablement surpris par ce mélange sucré-salé et par la texture beaucoup plus digeste de cette nouvelle mulebar.

4 Comments

  1. Mathieu dit :

    Salut. Petite curiosité (avant de faire ma lettre au père Noël :-) ), côté sac tu avais pris quoi ? Ton Hoka Evo Race 17l, ou plus petit ?

  2. […] courses de préparation (tba47 & […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *