Paris-Nice Challenge 2016 : interlude sur deux roues

Trail de rimplas 2016 : 2 parcours pour la seconde édition
3 mars 2016
Trail des balcons d’azur 47km : le parcours 2016
4 avril 2016

Je me suis mis au cyclisme comme beaucoup… à un moment donné ou tu ne peux plus courir (la faute à une blessure), tu cherches tout les moyens pour avoir ta dose. A l’époque ou j’ai acheté mon premier vélo je regardais encore les cyclistes comme une bande de c…. qui roule en paquet au milieu de la route juste pour emmerder les automobilistes. Aujourd’hui bien entendu, ma vision n’est plus du tout celle-là, mais pourtant pour 3/4 de la population, c’est ce que nous sommes.

parisnicechallenge-start

J’ai commencé par rouler seul, au début 60km sur du plat, c’était le bout du monde pour moi. Et puis je me suis fait des potes cyclo, j’ai même fréquenté un club pendant un moment, j’ai allongé les distances et le dénivelé et moi voila 23 janvier 2016 je viens de m’inscrire au Paris-Nice Challenge : course à vélo…enfin de l’avis des puristes ce n’est pas une vraie course. Mais bon moi dès qu’un gars est dans ma roue plus de trois minutes, c’est qu’il veux faire la course, alors imaginez-moi au milieu de 800.


movescount_parisnice

Pour cette course, je passe donc en mode cycliste et j’accumule 994 km et 12500 d+ durant ma courte préparation et malgré les 29 jours de février je n’y inscrirais que trois sorties en course à pied. Je prends beaucoup de plaisir à rouler longtemps, à m’envoyer de grosses séances de PMA. D’autant plus qu’à vélo comme il n’y a pas les chocs on peut enchainer beaucoup plus qu’en course à pieds.

Et nous y voilà : samedi 12 mars, je récupère trois potes sur le chemin et nous nous mettons en route pour le port de Nice, 15km de plat en guise d’échauffement. Au menu du jour 123km 2000d+, comme je n’ai aucune expérience en course cycliste, je me dit que je vais gérer ça comme un trail de +/-40 km : un départ maîtrisé, puis j’aviserais en fonction de sensations pour envoyer les watts (si vous n’avez pas le courage d’aller au bout de ce billet à rallonge… c’était une erreur de penser cela). 

depart parisnicechallenge

credit photo : sportograf.com

Le seul conseil que l’on m’a donné, c’est de prendre au maximum les roues et reste dans le peloton surtout au début sur les 10 premiers km qui sont la portion la plus plate du parcours. Le départ est donné : 200m en ligne droite puis une épingle et là c’est pire qu’un cross, ça part à tout blind, la promenade des anglais est avalée à plus de 40km/h, tout le monde essaie « d’attraper des roues » et de dépasser le mec de devant au premier signe de faiblesse.

Arrivé au pied de la première bosse km30 : la montée de Duranus, autant dire que j’ai l’impression de m’être un mis dans le rouge, en même temps pas le choix obligé de suivre sous peine de rouler seul face au vent… A ce moment-là je pense que la fin de la course risque d’être compliquée. Les sensations dans la montée qui suit (un col de catégorie 3) ne me rassurent pas franchement, mais j’arrive tout de même à garder mon cardio au-dessus des 170 donc je ne dois pas être complètement cramé !

A Levens (km50) : c’est le premier ravitaillement, je fais un passage express pour ne pas trop me refroidir et j’enchaîne en direction du col Chateauneuf. Les premiers lacets de la montée sont une véritable épreuve pour le moral, car c’est la jonction des parcours et les coureurs du petits nous rejoignent avec beaucoup plus de fraîcheur dans les jambes.

parisnice challenge

Gaetan en mode…dans le dur

L’escarène, km80 je marque une longue pause au ravito (8′) afin de me refaire un peu avant la montée de Peille, un col de catégorie 2, c’est la difficulté de cette course. Rapidement après le ravitaillement je sens que la pause à était bénéfique. Arrivé la grave de Peille au pied de la bosse (km90), les jambes sont fatiguées mais qu’il reste de quoi jouer encore un peu. Quand je vois que mon chrono affiche 4h00 je me sens pousser des ailes car la meilleur perf que je me voyais faire sur cette course était de 5h30 et là il y moyen de passer en dessous.

parisnice_3D

Cette dernière bosse, ressemble aux grosses difficultés qu’on rencontre en trail, plus personne ne parle, plus de blague, chacun est dans sa bulle concentré sur l’effort fournir. Et même pire il y a des gars qui sont descendu de leur vélo et qui sont assis à coté avec le regard vidé… et là je me suis dit mon garçon maintenant tu te sort les doigts jusqu’au sommet ou tu finis comme eux, d’ailleurs on vois bien le passage sur la courbe cardio.

parisnicechallenge-cardio

Arrivé au sommet du col il y a un dernier ravitaillement, puis 28km que de la descente. Même pas je le regarde, je ne pense plus qu’à une chose : rester concentrer sur la route et finir sous les 5h30. Je descends aussi vite que je peux au milieu d’une circulation que partiellement coupée. De temps en temps une petite crampe aux quadri droit me rappel à l’orde. Au port de Nice (arrivée -1,7km) on retrouve une circulation plus dense, un type me coupe la route, je suis bloque d’adrenaline, je lâche un « gros c…. » : … 10 secondes plus tard instant karma je suis au milieu de la route sur le dos à 5m de mon vélo les deux mollets tétanisés par les crampes (ça c’était le bonus de la chute…). Je ne sais pas pourquoi je suis tombé, je pense que mon pneu c’est pris dans un nids de poule, bref je remonte sur ma bécane, les vitesses ne passe plus, la roue arrière freine toute seule et moi je ne pense qu’a ma ligne d’arrivée et à quel point il faut être c… pour tomber 1km avant.

Ce petit contretemps sans gravité, m’a un peu gâché le plaisir qu’on ressent à passer une ligne d’arrivée quand on s’est entrainé dur, et que la course était à la hauteur. Au final le sentiment du devoir accompli avec un objectif plus qu’atteints me fait vite oublier cette arrivée foirée, et je m’imagine déjà quelle pourrait être la prochaine cyclo, enfin l’année prochaine par ce que je suis en manque de sentiers !

>> Ma course sur movescount

>> Le site du ParisNiceChallenge

4 Comments

  1. […] un moment donné il fallait bien s’y mettre sérieusement. Fin mars j’en finis avec le Paris-Nice challenge, je prends une semaine pour digérer et voilà il me reste pile 4 semaines pour repasser en mode […]

  2. Julien dit :

    je l’avais loupé celle-là.
    Tu t’en es mis une belle. Au sens propre comme au figuré !

    il manque quand même la photo où tu es assis au milieu de la route :)

    Bravo en tout cas c’est un gros morceau. Je ne sais pas si je m’attaquerais un jour à ce genre de truc.

  3. Runonline dit :

    Bon tes infidélités au trail vont peut-être s’avérer payantes pour le Verbier ????? Tu accumule des miles et c’est toujours mieux que de faire du stop and go à cause des blessures ! A très vite kiki, Verbier c’est dans 3 mois :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *