Stryd : Ma première sortie avec les watts

Ma saison 2016 : du dénivelé et des potes
26 janvier 2016
MOOC : Entraînement en trail et à l’ultra-trail
10 février 2016

J’ai entendu parler de STRYD pour la première fois chez DCR. Ah oui un capteur de puissance pour les coureurs, c’est une bien belle perspective. La puissance c’est le reflet instantané de l’intensité de l’effort produit, mais le modèle présenté alors était un capteur accroché à la taille et rien que cela ca m’a refroidi. Finalement le projet sur Quickstater a abouti et à la mi-octobre 2015 les premiers clients ont recut leur précieux. Entre-temps le capteur s’est miniaturisé au point d’être intégré et associé à un capteur cardio et Stryd est devenu une ceinture cardio bluetooth, et surtout les majors de la montre de sports ont joué le jeu :  stryd est compatible avec Suunto, Garmin et Polar.

stryd-boulder-co

Je reçois mon STRYD la semaine dernière directement depuis Boulder (colorado). La première chose que j’ai à dire sur ce produit, c’est concernant l’équipe stryd. J’ai échangé avec eux plus d’une dizaine de mail, parcouru leur forum de long en large et il y a un truc que je n’avais jamais rencontré jusqu’à la avec aucune autre marque : chez stryd, ils sont sympa !

Ils répondent aux mails directs et généralement très vite quelques soit l’heure ou le fuseaux, ils sont très avenant, on sent un véritable enthousiasme « startup » dans l’équipe. Bref, je vous en dirais plus dans le billet test de ce produit.

stryd-box-hr

Je sors mon STRYDE de sa belle boite et je le connecte sur l’app smartphone en premier. L’association est instantanée et ne présente aucune difficulté. Comme c’est souvent le cas avec les produits high tech, j’ai droit à une mise à jour du firmware.

stryd-ios-3 stryd-ios-2 stryd-ios-1

L’association avec la Suunto Ambit3 est tout aussi simple.

Accédez aux options (next 3 sec)  > Liaison > Ceinture FC > lancez la recherche et attendez la confirmation

et c’est tout, pas besoin d’ajouter de power pod ni dans la montre ni dans movescount. Pensez simplement à modifier votre mode sportif pour afficher le champ puissance.

L’autre point important, c’est le poids, il faut indiqué son poids (matériel compris) dans l’application et la transmettre au capteur.

stryd_poids

Mon capteur est associé, je lance l’activité et la rien 0W. Je pense au début que j’ai mal réglé ma montre mais non, il faut simplement effectué quelques foulées pour que le Stryd commence à mesurer la puissance.

Les Watts c’est nouveau

Je suis habitué à courir au cardio depuis de nombreuses années. Sur route, j’utilise surtout l’allure et en trail le cardio et la vitesse ascensionnelle. Et voilà donc je pars courir avec mon capteur de puissance qui m’affiche une valeur, mais comme je n’ai aucun repère avec cette nouvelle donnée pour l’instant, je me contente d’enregistrer.

stryd-movescount

Cette séance, c’était une SCD1 : courir 1km le plus vite possible (Séance Consigne Distance 1km pour déterminer sa vitesse critique, du dernier bouquin de v.billat). Suite à la séance j’ai effectué quelques petits tests « pour voir ».

De cette séance ce que je retiens :

  • au-dessus de 300W sur le plat ça pique
  • mon allure jogging est à +/- 200W
  • sur une plage en galets je perd plus de 25W (vachement utile comme info, non :p )

Comme pour la fréquence cardiaque ou les valeurs des seuils et de la fc-max sont indispensable pour pouvoir exploiter un cardiofrèquencemètre, pour la puissance la valeur de référence d’un athlète, c’est sa puissance critique (critical power), c’est le palier de puissance à partir du quel on passe d’aérobie à anaérobie. Il existe actuellement un test le 3-9  (3 minutes a fond, 9 minutes a fond, une seconde version du test est prévue pour début février) qui permet de déterminer avec un bonne précision sa puissance critique, c’est ma prochaine étape dans l’utilisation de ce capteur de puissance.

Ma plus grosse crainte avec ce capteur, c’est que la ceinture soit de mauvaise qualité et qu’elle occasionne des brulures au niveau du plexus. Problème auquel j’ai dû faire face pendant de nombreuses année chez garmin entre autre. Et je peux donc vous rassurer sur ce point, la ceinture est très confortable, elle ne provoque pas de brulure et ressemble beaucoup à la dernière de chez suunto.

>>  Ma première sortie avec le stryd sur movescount

>> Le groupe Stryd sur movescount

>> Le site Stryd / Le groupe Facebook

4 Comments

  1. Shuseth dit :

    Avec des données propres d’un accéléromètre et en connaissant la masse du coureur, 1 intégrale, on peut déterminer la force. En intégrant l’accélération, on obtient une vitesse.
    Tout ça dans un shaker et on obtient une puissance !

  2. Julien dit :

    très sceptique je suis…
    je n’y vois qu’une interprétation mathématique (surement très évoluée et bien modélisée) des oscillations d’un accéléromètre.
    Bref, des chiffres qui vont s’empiler en plus pour rien alors que cette info doit tout aussi bien pouvoir être calculée directement par la montre ?

    • johan dit :

      tout juste pour les oscillations, par contre ils ont forcement trouvé un truc en plus sinon Garmin qui a un capteur cardio/accelero bien évolué l’aurait déjà integré.
      La puissance embarquée en course a pied c’est trop nouveau pour dire si c’est bien ou pas et surtout si ca sert quelque chose.
      Je pense que ca mérite d’approfondir le sujet, perso j’y crois surtout pour le trail.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *