escape outdoor #47 : Juin sous le signe du trail
4 juillet 2013
Qu’est-ce que le TRAIL ?
9 juillet 2013

Trail des abeilles 2013 : ca bourdonne à roquebillière

Le Trail des Abeilles, c'est une toute jeune course dont c'est déroulés la seconde édition ce samedi 6 juillet 2013, et j'ai pris sur cette course une bonne grosse leçon de trail course en montagne.

Je m'étais un peu renseigné avant de m'y inscrire, beaucoup disaient que c'était une belle course, mais assez difficile… tu m'étonnes avec 21 km pour 1900m de dénivelé, ça ne promettait pas d'être très "roulant". 

Quand j'arrive samedi après-midi accompagné de mon camarade Levente.D ( qui finira 9em ) le premier effet kiss-cool c'est qu'il fait 35°, le second c'est que le parcours est bien different de celui de 2012 et qu'on se retrouve avec 23 km et 2200m de positif….


Profile de la course Suunto Ambit 2 

Sur la ligne de départ Christpohe Tieran nous préviens : "allez-y cool, gardez du jus : la deuxième bosse c'est du costaud".

Départ – Km3 : Qui par comme un frelon… 

Je me place tranquillement aux alentours de la 30em place, il fait très chaud, très rapidement je ne me sens pas du tout à mon aise. Au 3em kilomètre c'est confirmé quelque chose ne tourne pas rond, j'ai la nausée, les jambes en coton et des vertiges. Tout ce qui ressemble à une belle HYPO… J'insiste quelques minutes, c'est peine perdu, je m'arrête une première fois pour reprendre mes esprits, puis 10' plus tard une seconde fois.

Km5 – Km9 : En mode randonneur. 

Au premier ravito j'envisage sérieusement d'abandonner, je ne me vois pas subir toute la course comme ça. Je marche, trottine, puis remarche, j'ai l'impression d'avoir déjà 40 km dans les pattes. 
J'arrive au second ravitaillement 9 km D 1000m en 2h05, je m'arrête 5 minutes : "soit j'abandonne ici, soit je vais au bout". Mentalement un abandon c'est toujours pénible à digérer, alors je tente d'aller au bout.


Photo Datcharun

km9 – Tête du Siruol : Back in business 

Je commence à retrouver de vraies bonnes sensations, après 2h37 de course et 1500m de D+ je passe enfin le sommet, et comme en montagne les choses ne sont jamais simples : un gros orage éclate et le début de cette première descente sera agrémenté d'une belle averse de grêle. 

Ce que je ne saurais que quelques heures plus tard, c'est que quelques coureurs après moi la course sera neutralisée.

km10 – km15 : sur un nuage, sous les nuages 

Ca y est, j'ai enfin retrouvé mes jambes, je suis trempé de la tete aux pieds, frigorifié, mais je m'en fous : je kif ! Les 1100m de dénivelé négatif suivant seront intégralement accompagnés d'une averse incessante et de coup de tonnerre très impressionnants.

km15 – km18 : le debut de la galère 

C'est la dernière bosse 600m à avaler en 3 km. Au début cela se passe plutôt bien, mais rapidement les choses se compliquent :

  • Le chrono affiche plus de 4h00, c'est le temps que j'avais prevue pour finir.
  • Je n'arrive plus à faire monter le cardio, du coup j'ai froid.
  • Dans la montée j'assiste un coureur complètement tetanisé par le froid et les crampes (il finira la course en helicoptère)
  • Le parcours passe hors sentier : droit dans la pente rendue très glissante par 40 coureur, 2h de pluie et de boue, marcher est déjà bien compliquer… alors courir ! 
  • Je n'ai plus rien à manger, et plus que de l'eau à boire.


Photo DatChatrun

km18 – km23 : La fin

Quand j'arrive au dernier checkpoint, les bénévoles sont blottis dans leur couverture de survie, la table est vide. On m'annonce 5 km pour l'arrivée. 

Mais non pas 5 km d'une belle descente bien roulante… non 5 km de boue, de chutes et de crampes, le tout ponctué par de belles châtaignes sur une clôture électrique "toujours sous tension"

Pour enfin franchir la ligne d'arrivée en 5h52.


C'est pas trop la fête sur la ligne d'arrivée… –  Photo DatCharun

 

Presque 6h00 pour seulement 23km 2254m D+/D-, 48em / 54 arrivant / 100 partants sur le parcours plus exigeant qu'il m'ait été donné de courir, dans le pires conditions de course imagineables. 

> Ma trace sur movescount

> Le reçit de L3vi

Conclusion :

Un mot sur l'organisation de cette course : 

  • Beaucoup trop de hors trace (draille) 
  • Des bénévoles bien sympa et trés courageux
  • Des tables ravitos course un peu light, celle de l'arrivée était parfaite 
  • Un balisage impressionant, un gros coup de chapeau à ceux qui ont posé toutes les balises. 
  • La douche chaude et le repas à l'arrivée c'etait juste magique.

Quand à moi : 

  • J'ai negligé mon équipement 
  • J'ai negligé mon ravitaillement 
  • J'ai sous estimé la difficulté de cette course (ou sur estimé mes capacitées…) 

bref j'ai pris une bonne leçon de course en montagne et d'humilité ! 

18 Comments

  1. Sydoky dit :

    Et bien bravo pour avoir été au bout de cette course ! La montagne ce n’est pas facile déjà en randonnant, alors y courir… il faut vraiment bien se préparer physiquement et moralement.

  2. Julien dit :

    ce qu’il y a de bien avec les débutants comme toi, c’est qu’une fois que toutes les conneries ont été faites lors de ce premier trail, normalement t’es tranquille pour les prochaines courses ;)

    • lexel dit :

      [quote name= »Julien »]ce qu’il y a de bien avec les débutants comme toi, c’est qu’une fois que toutes les conneries ont été faites lors de ce premier trail, normalement t’es tranquille pour les prochaines courses ;)[/quote] comme tu dis…

  3. Chris dit :

    Ah ouais quand même !!!!!!
    Ta sévèrement ramassé :-/
    23km en quasi 6h ça fais une moyenne digne d’un KV !!!
    J’irai m’y piquer sans fautes l’année prochaine ;)

    • lexel dit :

      [quote name= »Chris »]Ah ouais quand même !!!!!!
      Ta sévèrement ramassé :-/
      23km en quasi 6h ça fais une moyenne digne d’un KV !!!
      J’irai m’y piquer sans fautes l’année prochaine ;)[/quote]

      Je suis pas certain de vouloir m’y faire attraper une seconde fois, mais bon on verra l’année prochaine ce que Christophe nous reserve comme parcours.

  4. vinvin20 dit :

    Deja bravo pour avoir été jusqu’au bout. Et la météo peut bien vite faire basculer une belle épreuve en un véritable calvaire.
    Dommage, ça avait l’air sympa. Te voila maintenant pret pour la suite! ça fait plaisir de te retrouver dans la montagne. bon et si j’ai bien compris, c’était une « course de montagne » mais vu la durée de la sortie, moi j’estime que tu as fait un vrai TRAIL! Tu peux être fier de toi car 6 heures dans ces conditions il faut un bon physique et surtout un excellent mental. La suite ne peut être que positive!

    • lexel dit :

      [quote name= »vinvin20″]La suite ne peut être que positive![/quote]

      c’est aussi ce que je me dit, après ça le col de vence va me paraitre vien fade :-)

  5. Nicolas dit :

    C’te course! :o
    T’as cumulé! Ça fera un bon souvenir :lol:

    • lexel dit :

      [quote name= »Nicolas »]C’te course! :o
      T’as cumulé! Ça fera un bon souvenir :lol:[/quote]

      ca fait meme pas une semaine et j’ai envie d’y retourner… la cap c’est pas objectif comme sport :p

  6. Mathieu dit :

    Sur le papier, 4h pour les 23km, c’était raisonnable…. sauf que la montagne est généreuse en surprise ;)
    En tout cas, bravo car il fallait une bonne paire de [s]c*******[/s] cuisses et un gros mental pour aller au bout !

  7. lamiricore dit :

    Ca fait plaisir de te revoir sur une compet mon pote !!! 2200D+ ca pique ;)

  8. […] je dirais bluffant même sur l’herbe mouillée ( largement testée sur l’édition 2013 du trail des abeilles […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *