Tirer les enseignements de ses erreurs

Tu sais que tu est un coureur quand…
2 novembre 2010
Les coureurs sont partout, vraiment partout
17 novembre 2010

Si je devait donner un titre à mon Week-end, ce serait bien celui la : Tirer les enseignements de ses erreurs

Tout commence samedi matin, sur la piste d’athlétisme d’Antibes. Après une bonne séance de VMA courte effectuée au milieu de parents complètements hystériques qui pensent probablement qui le cercle de « bitume » souple et rouge qui entoure le stade est là pour qu’il puissent s’y prélasser. Enfin bref … quelques heures après ce fameux entrainement, survient une douleur assez vives sur le dessus du pied.

En début de soirée la « fameuse » douleur sortie de nul part est toujours là, ne connaissant pas de pathologie spécifique à la course a pied dans cette zone du corps, j’effectue quelques recherche sur le net. Et je finit par trouver quelques cas très similaires. Je pense que les adeptes de la VMA ont déjà un gros doute sur l’origine.

Et donc c’etait tout simplement un laçage de ma chaussure droite trop serré, associé à une séance bien poussée. Erreur à ne pas reproduire puisqu’il parait que peut même provoquer des tendinites.

Enseignement n° 1 : ne pas trop serrer ses chaussure de sport

 

Dimanche c’etait le marathon Nice – Cannes, et j’avais donc décidé de profité de ma sortie vélo pour voir passer la course. J’enfourche mon VTT remarque la roue arrière un peut à plat et me dit que plutôt que de perde du temps à la gonfler avec la pompe,  ça serait plus simple de le faire à la station service qui est a 2km. Sauf que à la station service l’embout avait un bug, et au lieu de gonfler la roue il l’a dégonflée encore plus… résultat je rate le passage de la course au km10 et je suis obliger de rentrer à la maison pour prendre le vélo de route.

Enseignement n° 2 : ne pas procastiner le gonflage de son vélo

Je file à toute vitesse direction Antibes, pour voir passer le marathon au Km20, jusque là aucun soucis.

 

Mais sur le chemin du retour, j’entends un doux pfffffffffiouuuu suivit d’un flap flap flap et la je comprends que j’ai crevé de la roue arrière (histoire que ce soit plus simple) et je décide de réparer la chambres à aire,  traitant la conséquence sans apporter la moindre attention à la cause. La réparation effectuée, la roue remise en place, je la regonfle avec la pompe d’appoint (puisque le pas de vis de la cartouche de CO2 est foiré) et après un re-gonflage énergétique, la tête de la valve casse dans l’embout de la pompe, le tout suivit d’un deuxième pfffiouuuuuuuuu . Donc re-démontage de roue et ce coup-ci changement de chambre à aire, remontage de roue, re-re-gonflage de roue, retrait en douceur de la pompe.

Et me voila fière comme un coque, d’être venu a bout de cette roue récalcitrante. Et là à ce moment précis après avoir parcouru 200m, là ou je me dis c’est bon t’a plus qu’a rentrer à la maison avant là pluie… j’étends un troisième et fatale pffffffiouuuuuuu
suivit d’un autre flap flap flap. J’abandonne toute tentative de réparation et appel ma chérie au secours pour qu’elle vienne me récupérer en voiture. Et c’est l’attendant que je me rends compte que c’est un bout de verre qui est à l’origine de ma première crevaison, et que ce même bout de verre est toujours dans mon pneu et que c’est toujours lui qui est à l’origine de ma seconde crevaison.

Enseignement n° 3 : Avoir du matériel c’est bien savoir s’en servir c’est mieux.

Enseignement n° 4 : Traiter la cause, avant de traiter la conséquence.



4 Comments

  1. lamiricore dit :

    Y’a des jours comme ça Lexel … je connais bien ça cf. le dimanche du marathon des causses et l’entorse conne…
    Mais quand même deux chambres la loose !!!

  2. Clara dit :

    Mmmh… ce que tu racontes de la piste me rappelle bien des mésaventures. J’ai l’impression que dès que je fais de la piste, je me blesse. Pour ma part c’est lié au fait que je pousse trop la machine, étant donné que les gens de mon club sont vraiment plus avancés que moi : même si j’essaye de trouver mon rythme, je suis comme emportée.
    Pour le laçage, même si je les aimais bien au début pour leur côté pratique, j’ai laissé tomber les lacets Xtenex, qui me serrent trop le pied…

  3. dd2012 dit :

    :lol: Quand ça veut pas, ça veut pas !
    Tu as tout de même pu voir le marathon ?
    Si pas dommage.

  4. vinvin20 dit :

    Sacré aventure !

    Belle analyse de cette journée, avec un ton d’humour :-) …enfin vaut mieux le prendre comme ça!
    L’essentiel: Tu as quand même pu voir les coureurs, c’etait le but de cette sortie non? ;-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *