Marathon des Causses 2010 : C’est fait !

What a weekend !
25 octobre 2010
Tu sais que tu est un coureur quand…
2 novembre 2010

Ce marathon des Causses, au départ je ne devait pas participer, mais mes petits camarade n’ont rien trouvé de plus malin que de me laisser en copie de leur mail d’organisation du weekend, bref au bout de 3 mail j’ai craqué et je me suis inscrit, pour ce Trail de 40km. Voila comment je me suis retrouvé vendredi midi sur l’autoroute en direction de  Vacquerie un charmant petit village dans la « pampa » à 50 mins de route de Millau.

Vers 19h00 Mike, Michael et Fabrice arrivent, ça fait plus de 6 mois qu’on ne c’est pas vu, et c’est comme si c’etait hier. Mike se met au fourneau, pendant que nous commençons à échanger quelques balles au babyfoot, au bout de quelques minutes ça devient du grand n’importe quoi, et le babyfoot ne résiste pas aux assaults de Fabrice (vidéo bonus ici)

 

Je vous passe les détails sur la quantité hallucinante de pattes que nous avons mangé, sur les ronflements de monsieur F, ni la météo qui nous à posé quelques soucis de choix de la tenue.

On arrive sur Millau, il fait froid et gris, comme l’a souligné fabrice la village course est situé dans un coins de la ville, un endroit bien triste et sans aucun charme ! Retrait des dossards, un petit tour avec Michael au milieu des innombrables stands de matériel et d’organisateur de course.

Vers 13H00 Après avoir changé de tenue au moins 3 fois, je suis passé du corsaire avec un haut manche longue à ma tenue d’été short T-shirt et sur les excellents conseils de Michael je prends du change dans mon sac. Sachant que Fabrice est nettement plus fort que moi (au moins sur bitume) qu’il me dit bien avoir préparé cette course, je lui lance un petit défit normalement sans risque pour lui, « si je te double comme au Verdon, je te pique le magnifique T-shirt du Paris Versailles. »

 

Nous voila sur la ligne de départ, Mike est devant en première ligne il vise le TOP10, on a perdu Fabrice Fabrice mais on suppose qu’il est surement pas loin de Mike. Michael et Moi somme en milieu de peloton.

Malgré 1 mois de sommeil hachuré à cause de bébé, j’ai plutôt la bonne forme, ça fait deux mois que je me prépare pour cette course. J’ai suivit un Plan d’entrainnement de Anne Valero, elle m’a vraiment fait un « plans » au petits oignons bien adapté à mon niveau et mes disponibilités, mon chronos sur le trail de AM m’a littéralement boosté, et je me dit que je vais essayé de faire quelque chose sur cette course !

Le départ est donné, je laisse filer Michael qui très rapidement prends le large, j’essaie de pas trop m’enflammer mais je tourne sur les premiers kilomètres entre 10,5km/h et 11km/h, malgré que ce soit du bitume très roulant, c’est trop rapide… (enfin pour moi)

Je passe la première bosse sans aucune difficultés, je profite d’être freiné par les concurrents de devant pour me reposer, arrivé en Haut je suis sur une base de 5h00 – 5h15.

On passe la première partie dite roulante, c’est des sous-bois ça serpente un peu dans tout les sens, j’apprécie pas trop le décor… et me content de suivre. Je passe la seconde difficulté de la course sans trop de soucis, j’essaie de garder un bon rythme.

Km15 – Km20 : c’est une partie est beaucoup plus roulante et surtout plus aéré, je commence à prendre un peu de plaisir et file en direction du ravito ou j’arrive en un peu plus de 2h40, la moitié de course est passée, il reste une grosse difficulté, je me change, fait le plein, et repart le moral à bloc.

A peine reparti je ramasse Fabrice, qui semble un peu à la peine, mais il est en bien meilleur forme qu’au Verdon, on commence à faire un bout de route ensemble, un passage photo, et je reprends mon rythme d’avant le ravito, malheureusement Fabrice ne suit pas, j’essaie de le forcer à s’accrocher mais rien y fait. Toujours avec dans la tête l’idée de faire un beau chrono je le laisse et part en direction de la 3em et dernière difficultés de cette course.

 

km21 – km25 : Je suit au train un petit groupe de coureur qui imprime un bon rythme, je commence à ressentir un peu de fatigue mais ça va je gère.

Au km26 on attaque la dernière montée, un cote bien technique de 4km D+300 que j’aurais du avalé sans le moindre problème, sauf que au 28em c’est la claque, gros gros coup de mou je m’accroche tant que je peu mais finit par lâcher le train des coureur devant moi.

Km30 ca va mieux le coup de mou est passé, et quand ça commence à repartir, c’est les crampes aux cuisses !!! impossible d’accélérer, je suis de nouveau trempé et commence à avoir sérieusement froid. Je passe les 4km qui suivent comme ça…

km34 c’est le dernier ravito, je fait le dernier plein, mange quelques chips, enfile mon coup vent. 5h10 de course, tout espoir d’un chrono est envolé je sais qu’il reste au mini 45mins pour l’arrivée et que de la descente, au mieux je me dit que je peut limiter la casse et passer en moins de 6h00

Malheureusement pour moi il reste encore quelque petite cotes, et j’en suis au point ou je ne peut plus lever la jambe pour passer les obstacles un peu haut sans me prendre une crampes !

km37 – km40 : C’est finit il ne reste que de la descente, je tente quelque accélération jusqu’à 12km/h mais je me fait vite clamer par une crampe au mollet ce coup-ci, je calme le jeux et finit avec un petit 9,5km/h jusqu’à la ligne que je passe finalement en 6h10m04s

 

Je rejoint Michael, Mike qui est arrivé depuis un bout de temps file au McDo pour son 2em repas, nous attendons avec un peu d’inquiétude Fabrice, qui arrivera plus tard dans une nuit bien noir et froide, et qui dans son « malheur » à eu la chance de finir la course de nuit avec une très belle vue sur le Viaduc.

Une magnifique Pizza au Pattes (une grosse mousse au choco pour mike, mais bon vu son magnifique en chrono 4h15 il peut se le permettre :) ) , un cours de d’installation de boule Quies pour Fabrice, et un gros Dodo pour nous 4.

Le Bilan :

Le bilan c’est  je suis passé a coté, sans avoir la prétention de viser un 5h00, je pense qu’un chrono autour de 5h30 était tout à fait à ma portée. On dit souvent que dans le trail il faut savoir rester humble et garder la tête froide, ca plus des vetement plus chaud voila ce qui m’a manquer sur cette course. Une bonne leçon pour les prochaines.

Malgré tout j’en garde un excellent souvenir, de belles images plein la tête et un weekend hors du commun avec mes 3 compères, c’etait vraiment génial !!! Merci les gas

{youtube}hR1DCBURFgg{/youtube}

9 Comments

  1. GIRAUD dit :

    Quelque soit le format de course, ces templiers restent très exigeant: bravo d’avoir bouclé ce marathon!…Chaud cette descente du hibou!
    C’est génial de l’avoir joué belle virée avec les potes!

  2. ZeFaB dit :

    A te lire ça a vraiment du être sympa ce we entre potes !Ça doit vraiment être cool de courir comme ça !

  3. mike dit :

    On a passé un super week-end ! Merci a tous les 3! Merci pour la photo avec la mousse ! On dit toujours qu’apres les courses il faut une petite mousse …

  4. Yin-YIn dit :

    Beau C.R. et tant pis pour le chrono… Tant que le plaisir est là c’est le principal ;-)

    Et puis pour le t-shirt de Paris-Versailles je trouve le maillot bien plus beau que n’est la course :P

    Bonne récup @ p’luche…

  5. lamiricore dit :

    Un super weekend avec vous ;)

  6. Runonline dit :

    Quel dossier ! n’use pas trop mon maillot car je compte bien te le reprendre lors d’une prochaine compétition !!
    vivement notre photo de couple !

  7. vinvin20 dit :

    Bravo à toute l’équipe!!
    Et merci de nous faire partager l’ambiance de ce week end 8)

  8. Clara dit :

    On se marre en vous lisant !! (Malgré les galères…) Merci pour ce beau compte rendu, et bravo!

  9. Greg dit :

    Bravo pour ce très joli maillot Paris-Versailles!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *