Marathon06 – Nice Cannes – Finisher
10 novembre 2008
Après le marathon on fait quoi ?
10 novembre 2008

Marathon Nice Cannes un kilomètre aprés l’autre

Et voila déjà 10 jours depuis le marathon, plus de courbatures, 1 seul et unique entrainnement, une furieuse envie de remettre ca. Mais en attendant un petit retour sur l’evennement.

Dimanche 9 Novembre 2008 :

Reveil 5h, je file à la douche, j’enfile ma tenue soigneusement préparée la veille au soir, puis j’avale l’excellent GATO SPORT d’overstim, c’est vraiment une tuerie ce gâteau.

7h30 J’enfourne le scoot qui a vraiment du mal à démarré (petite frayeur du jour)  et go

8h00 j’arrive sur le depart de la course, pose mon sac a la consigne, discute un peut avec des amis coureur retrouvé je ne sait pas comment.

8h30 J’entre dans le SAS 4h30 et puis je me décide a y rester, puis Dominique que je rencontre tout a fait par hasard me convainc qu’il par sur une base 4h30, mais qu’il faut avancer au moins jusqu’au SAS 3h30 pour pas etre trop loin.

8h45 DEPART, je suis confiant, motivé et déterminé

km1 – km7 : On part ensemble avec dominique, sur une base de 4h30 bien respectée, les coureur sont sur-excités, il y a une ambiance assez incroyable, on arrive au port St laurent les muscles commence a etre chaud, on accélère legerement.

km8 – km11 : cros de cagnes , erffff pause pipi … les premiers ravito, le rythme est toujours bon, on se perd de quelques centaines de mètres puis on finit par se retrouvés.

km12 – km21 : le bord de mer direction antibes, toujours bien dans le tempo pour un 4h30 voir peut être moins, on soigne les ravitos, on se laisse aller accélérer un peu vers le fort carré, toujours de bonne sensations, avec un peu de fatigue

km21 – km25 : toujours avec dominique, mais la fatigue nous a rattrapé d’un coup, et là boummm monté de la garoupe le casse pattes par excellence …très mauvais souvenir que cette petite cote.

km25 – km30 : je perd dominique a l’approche de Juan les pins, c’est partis pour une fin de course solo, les jambes font mal, et l’approche du 30em est assez délicate

km30 – km35 : le mur ! horrible, des gens qui marche partout, certains son assis, d’autre dans les pommes, mes jambes sont comme deux poteaux, obligé de marché un bon km et de nettement baisser la cadence… je voit tout doucement le chrono des 4h30 s’éloigner, retour à l’objectif N°1 : FINIR!

km35 – km40 : les kilos les plus hard de la course tout au mental, chaque pas est une croisade, et chaque kilomètre n’est plus à faire, je gère au maximum pour éviter les crampes.

km40 – km42 : c’est bon c’est finit, plus rien ne peu m’arrêter je sais que je vais finir quoi qu’il arrive, je me permet même d’accélérer un peu, toujours limite crampes

km 42.195 : Je suis marathonien ! A moi new york !

1 Comment

  1. Gros loulou dit :

    Quel courage, en plus sans entraînement. Encore bravo!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *